La marche de l’aube…

. La marche de l’aube…   Les brumes de l’aube, rêves obscurs du soir, Ont étiré les heures diurnes. C’est noir Matin au gîte du Loir qui rêve de cimes, De courses folles dans la rosée sublime   De pas légers sur la mousse printanière, D’écume et de sable, sous les ors du couchant. Mais l’air malsain et rance de …

Le pêcheur

. Le pêcheur C’était un brave marin Qui, de nivôse à frimaire Allait chaque jour en mer. Très tôt, au petit matin, Il quittait femme et enfants. Et partait seul dans la nuit. Il allait à pas pesants S’en allant sans aucun bruit Retrouver l’embarcation Qui l’attendait au rivage. Toujours avec émotion La grandeur sur son visage Il était fier …

Ouragan sur les îles

. Ouragan sur les îles   Dans l’écume noire, l’homme rivé à sa peur Entend les griffes acérées d’une démence Sans mesure ! Elle tord, fracasse ! C’est un chœur Déchaîné qui crie sa colère ! Sans clémence,   Sa violence aveugle décime les toitures ! Nul répit ! Ta nef est versée par l’océan Démonté. Les flots, les vents vrillent les mâtures Et livrent …

Hippocampe sacré

Hippocampe sacré© . Cheval doux, discret, comme un visage sans âge, Tu vis ton essence aux abords de nos rivages, Près des fonds marins où ondulent le limon, Les ulves et les laminaires. Frêle, mignon, . Ta mouvance dionysiaque gracile Offensa ! La bête surgit ! L’arrêt fatal Désigna le martyr de ce monde brutal ! Être invisible, mort dans …

Vivre ! ©

Vivre ! . Aux ravissements du printemps, Dame Grogne pria Éole  À sagesse. « Oh ! pas longtemps ! Lui dit-elle, je fais l’école   Aux cigogneaux et, dans leur nid, Ils culbutent et gigotent ensemble Comme si ton souffle était permis À points pour rires et pitressembles ! Ne peux-tu calmer tes élans ? Ajouta-t-elle.  — Dame Livre, Répliqua-t-il, mon souffle …

La Rivière©

La Rivière Perdu dans ses rêves, Monsieur Brouillard errait Dans la sablière : les longues racines Des pins offraient autrefois leurs doigts de résine À l’apprenti pirate qui se bagarrait. Le chemin vert suivait les pieds qui trottinaient Allègrement ; les tamaris vêtus de rose Au bord du ruisseau « mystère-interdit » servaient Caviar sur canapé, ou bien lame sans dose. À …

Absence ©

; Absence   Lui, Celui Qui sans peur Forgea ton heur Partit en douceur Au souffle sans retour. Murmure d’amour Qui dit sa peine. L’aube est reine, Sa veine, Jour.             Geneviève Troussereau …………… 20 janvier 2004

La tortue ©

La tortue la tortue la tortue Quand la tortue commence à hiberner, Le soleil à son apogée se fait plus lointain ; Les frimas étendent leur manteau scintillant ; La ronde de la vie se poursuit. En sécurité dans sa carapace, notre tortue Oublie le vent, le temps et vit de rêves. Si l’écume mord la dune et le mistral …

error: Contenu protégé