Hippocampe sacré

Hippocampe

sacré©

.

Cheval doux, discret, comme un visage sans âge,

Tu vis ton essence aux abords de nos rivages,

Près des fonds marins où ondulent le limon,

Les ulves et les laminaires. Frêle, mignon,

.

Ta mouvance dionysiaque gracile

Offensa ! La bête surgit ! L’arrêt fatal

Désigna le martyr de ce monde brutal !

Être invisible, mort dans un bruit de métal …

Les fers aveugles vrillent le poison létal,

Exécutant les vœux sauvages du concile !

.

.

.

Barbares qui honorent l’océan orphique,

Admirez la beauté d’un monde prolifique !

Regardez ces êtres nager près des rochers,

Fiers et droits ; ils ne demandent qu’à être aimés !

.

Je crie ma rage au nom du sacré, de la vie

Riche, angélique, qui vogue en la virgule.

Je pleure, souffre et honore le minuscule

Qui subit les outrages de la sphère en-vie !

.

Parmi les algues vertes, les lames salées

Des eaux bleutées, sans bruit, de petites lunes

Par centaines invitent le jour où, libérées,

Les chemins brilleront aux couleurs des callunes…

.

Geneviève Troussereau

Le 10-05-2017

error: Contenu protégé